En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Sciences de la Vie et de la Terre

Rencontre avec un chercheur de l'ENS (MPS)

Par CECILE LIOGER, publié le mercredi 23 mai 2018 08:36 - Mis à jour le mercredi 23 mai 2018 09:44

Le récit, par Célia Martin- Lamont, de la rencontre entre Olivier Hamant chercheur à l'ENS de Lyon et le groupe de MPS seconde 12 avec Mmes Wood et Lioger

Lors de ce mercredi 14 mars 2018, les élèves de notre classe de seconde ont eu la chance de faire connaissance de monsieur Oliver Hamant, chercheur à l'institut de l'ENS de Lyon.

Nos recherches de MPS portaient sur les encres végétales, avec différents groupes qui devaient chacun choisir différentes plantes à transformer en encre pour imprimante qui respectaient des normes de protection de l'environnement, et ça tombait bien :

Monsieur Hamant est biologiste et, avec son équipe de choc, il étudie des sujets divers ayant un rapport direct avec les plantes.

Il nous a d'ailleurs parlé de ses recherches -dont les protocoles à suivre-, de son équipe composée de chercheurs venant des quatre coins du globe et qui ont tous des compétences qui leur sont propres : biologie, mathématiques, physique... mais aussi de la façon de rédiger un article scientifique et un poster résumant toute la procédure de recherche.

Grâce aux compétences de son équipe, Olivier Hamant nous a démontré quelque chose d'important : mieux vaut avoir plusieurs cerveaux réfléchissant à une problématique complexe plutôt que devoir se tuer à la tâche en la résolvant seul.

Le travail d'équipe est primordial pour mener des projets à bien. C'est ce point là de cette rencontre qui m'a le plus marqué. Et moi qui aime tant travailler seule... dur dur à encaisser !

Mais vu les résultats de leurs travaux, ça vaut largement le coup : l'un d'eux, par exemple, démontre que les plantes communiquent toutes entre elles et ont "conscience" de ce qui se passe autour d'elles !

ça, c'est franchement mortel.

Vivement une prochaine rencontre avec des chercheurs !

 

Célia MARTIN-LAMONT